Dernières nouvelles

Rencontre avec l'association Ludosens  par Administrateur le 2019-01-27

Gironde : de jeunes adultes autistes à la rencontre des écoliers

Publié le 23/01/2019 à 12h38. Mis à jour le 26/01/2019 par Hervé Pons.

commentaireGironde : de jeunes adultes autistes à la rencontre des écoliersUn groupe de jeunes adultes autistes a rencontré des écoliers de CE2 de l’école Sainte-Marie, à Créon.

h. p.

L’association Ludosens, à Bègles, permet la rencontre entre de jeunes adultes autistes et des écoliers, autistes ou non. Reportage à Créon

Salomé a 19 ans. Elle fait face à la classe de CE2 de Stéphanie Chat et des enfants de l’Ulis, l’unité localisée pour l’inclusion scolaire de Valérie Vieira. Le rendez-vous est hebdomadaireà l’école Sainte-Marie de Créon.

Salomé connaît la nature de l’épreuve et ne la redoute plus : se trouver face à une classe, aux côtés d’un groupe d’adultes rassemblés pour l’occasion : des enseignants, la présidente del’association Ludosenset celles et ceux qui l’accompagnent dans son action, auprès des autistes.

Salomé Chechi sait qu’elle se fatigue vite, que la foule l’angoisse, qu’elle est hypersensible aux facteurs extérieurs, y compris aux odeurs. « Je peux alors entrer en crise, jusqu’à devenir violente envers moi-même en me mordant les mains », murmure la jeune fille dans un souffle.

La rédaction vous conseille

Maman d’une fillette autiste

« Et pourtant, Salomé est très sociale », ajoute en aparté Priscilla Laulan, la fondatrice de Ludosens. Maman d’une fillette autiste, elle a créé Ludosens à Bègles en 2015 avec l’objectif de« valoriser les intelligences atypiques ». Et, dans la foulée, de « sensibiliser le grand public à la réalité des TSA / TDAH ». Décryptez « troubles du spectre autistique / troubles de l’attention et de l’hyperactivité ».

L’intelligence atypique : c’est vraiment l’expression qui convient à André Bergé, 30 ans, lui aussi présent au rendez-vous des écoliers de Sainte-Marie. Son univers, ce sont les chiffres. Il est comptable de formation. Et comme Salomé, porteur des troubles du spectre autistique. « Je suis très perfectionniste », prévient le jeune homme. Un handicap?? Oui, car cette recherche de l’excellence le bloque, le déroute, l’empêche d’intégrer de nouvelles consignes, bref le détourne du résultat. Tant qu’il n’est pas en confiance, car après le génie se met en marche.

Salomé Chechi et André Bergé, avec deux jeunes autres adultes porteurs de TSDA / TDAH (qui n’étaient pas présents ce jour-là à l’école de Créon) effectuent un service civique adapté à l’association Ludosens. À Créon, ils viennent rencontrer des écoliers, parmi lesquels deux enfants autistes.

Priscilla, Salomé et André expliquent alors à tous les enfants que l’on peut être autiste et faire, et vivre, de belles et grandes chose

Priscilla, Salomé et André expliquent alors à tous les enfants que l’on peut être autiste et faire, et vivre, de belles et grandes choses. C’est notamment le cas d’un album, un conte illustré, qu’ont réalisé les jeunes adultes autistes et apparentés.
Il est en vente depuis aux librairies bordelaises La Machine à lire et Comptines, et a déjà rencontré une cinquantaine d’acheteurs.

Des « super-pouvoirs »

Aux écoliers autistes, leurs aînés montrent des voies qui feront queleur « intelligence atypique » pourra prendre la forme d’atouts.

Aux autres écoliers, ils prouvent quela différence n’est pas une infériorité, tout au plus une complication. Depuis la rentrée scolaire 2018, où les écoliers et les enseignants ont fait connaissance avec Salomé, André, et les autres, ce genre de question est devenue tout simplement incongrue.

Avec Ludosens, en plus de la réalisation du livre, les jeunes en service civique adapté ont réalisé une affiche à diffuser dans les lieux publics, qui décrit « les super-pouvoirs du handicap invisible » : forte empathie, perfectionnisme, franchise, imagination, sens du détail, intuition, hypersensibilité émotionnelle, pensée arborescente.

« Ludosens a vocation à mettre en avant le potentiel de créativité de la pensée atypique des jeunes adultes avec TAS, décrit Priscilla Laulan. Il faut savoir qu’en Europe, 90 % des autistes sont sans emploi?! Et qu’une personne sur 100 présente ce type de troubles.Notre objectif est de faire que l’autisme soit perçu comme une richesseet non comme une déficience. L’action de Ludosens conduit ces jeunes adultes à leur donner un sentiment d’utilité sociale, à améliorer la connaissance et de l’estime de soi ».

(1) Ludosens intervient à l’école Sainte-Marie de Créon et au centre de loisirs Triboulet de Cenon. À la rentrée prochaine, l’effectif des jeunes autistes en service civique à Ludosens passera de 4 à 12, et les actions seront multipliées par trois.